« Être entrepreneuse dans les médias cela peut sembler cool, mais ce que cela signifie, c’est que, surtout en phase de démarrage, je suis comptable, gestionnaire des réseaux sociaux, spécialiste du marketing et secrétaire. Je fais tout parce que la plupart du temps, en tant que fondateurs, c’est comme ça que nous gérons, nous faisons tout parce que nous n’avons pas encore les fonds nécessaires pour remplir tous ces rôles », déclare Dina Aboughazala, journaliste égyptienne et entrepreneuse dans les médias.

Aboughazala a été journaliste à la BBC pendant plus de 14 ans. Pendant ses années à la BBC, elle a couvert les développements politiques, sociaux, économiques, culturels et médiatiques dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA). Aboughazala a également passé près de deux ans à couvrir les activités des djihadistes dans le monde, en se concentrant sur les opérations médiatiques de ces groupes, et a produit plusieurs articles basés sur des données.

Sa passion pour le journalisme de solutions et la diversité dans les médias l’a conduite à lancer Egab, une startup médiatique qui permet à de jeunes journalistes du Moyen-Orient et d’Afrique de publier des articles de journalisme de solutions dans des médias régionaux et internationaux.

Vous avez été journaliste pendant plus de 14 ans et vous êtes maintenant entrepreneuse dans le domaine des médias, qu’est-ce qui vous a incité à vous engager dans cette voie ?

Au fil des ans, j’étais de plus en plus frustrée dans le secteur et je n’aime pas que les gens se plaignent. Si vous n’aimez pas quelque chose, proposez une alternative. C’était donc ma façon de proposer une alternative ou une solution aux choses qui me frustrent dans le secteur des médias. Je pense que si beaucoup d’entre nous essayaient de changer les choses, les choses pourraient changer.

Comment s’est déroulé le passage du journalisme à l’entrepreneuriat médiatique ?

C’est complètement différent, c’est comme si vous réappreniez à marcher. En tant que journaliste, votre travail consiste à écrire des articles et vous devez avoir l’œil pour un bon sujet. Vous racontez des histoires et vous les racontez de la meilleure façon possible. Cependant, il faut bien plus que cela pour créer une entreprise, j’ai dû soudainement apprendre les modèles économiques, les finances, l’aspect juridique, la budgétisation et le marketing. En tant qu’entrepreneur, vous devez apprendre de nouveaux domaines et vous partez de zéro, mais c’est amusant.

L’idée d’Egab est née dans ma demande de bourse Chevening vers 2018, lorsque mes frustrations étaient au plus haut et que je commençais à avoir ces questions existentielles sur ma carrière et ce que je laisserai derrière moi. J’avais une idée, mais elle n’était pas correctement formulée et je savais que j’avais besoin de prendre un peu de temps pour y réfléchir, alors j’ai fait mon master pendant un an pour y réfléchir tout en apprenant de nouvelles choses. Après avoir terminé mon diplôme, j’ai rejoint un accélérateur d’entreprises qui n’avait rien à voir avec les médias, c’était un accélérateur d’idées. Il était important pour moi de rejoindre ce type d’accélérateur parce que je voulais que les gens évaluent mon idée d’un point de vue purement commercial, car l’une des choses les plus importantes était la viabilité de l’entreprise. En réfléchissant à cette idée, j’ai lu beaucoup de choses sur de grandes initiatives qui n’existent plus et le dénominateur commun était le fait que ces initiatives n’avaient pas intégré un modèle économique dès le départ. J’ai commencé à faire les choses différemment, en commençant par trouver un modèle économique pour aller de l’avant. La bonne nouvelle, c’est que j’ai réussi à développer ce modèle économique grâce aux conseils de mes mentors.

Vous avez créé Egab, il y a deux ans, comment cela se passe-t-il ?

Nous n’en sommes encore qu’au début, mais c’est incroyable. Au début, lorsque j’approchais des gens qui ne savaient rien de nous, [je devais] passer beaucoup de temps à leur présenter qui nous étions. Même si nous allons toujours vers les médias, la bonne nouvelle est que beaucoup d’entre eux nous connaissent. Nous commençons à recevoir des demandes de la part des médias. Au début, c’était une voie à sens unique, mais maintenant les médias viennent à nous. C’est intéressant de passer de l’inconnu à la reconnaissance.

Quels conseils donneriez-vous à toute personne souhaitant créer sa propre startup ?

Premièrement, vous devez vous entourer d’un bon système de soutien, car l’entrepreneuriat est un parcours très solitaire et il n’y a pas toujours que des réussites et des succès. Deuxièmement, la raison pour laquelle vous voulez créer votre propre entreprise ne doit pas être motivée par l’argent, si vous le faites uniquement pour l’argent, vous serez très déçu. Troisièmement, vous ne devez pas avoir d’autre option, par exemple, les investisseurs investissent lorsqu’ils savent que vous êtes pleinement engagé, cela doit être votre travail à plein temps. Enfin, quelle que soit la durée que vous avez estimée jusqu’à ce que vous puissiez obtenir un financement, doublez-la.

Les articles sur Egab portent spécifiquement sur le journalisme de solutions, pourquoi vous concentrer sur ce sujet spécifique ?

Dans notre partie du monde, l’Afrique et le Moyen-Orient, nous sommes toujours dans les nouvelles pour toutes les mauvaises raisons. Lorsque vous dites Afrique, la première pensée des gens est la pauvreté, mais l’Afrique est plus que la pauvreté en raison de la façon dont nous avons toujours été représentés. J’en suis coupable aussi, en 2016 j’ai fait un reportage sur les groupes terroristes et pendant cette période, ma seule interaction avec le Nigeria était basée sur Boko Haram. En tant que personne qui n’est jamais allée au Nigeria, c’était tout ce que je savais du pays, ce qui est horrible. Lorsque je rencontre des gens de différents pays, ils me racontent des choses étonnantes qui se passent dans leur pays, mais que nous n’en entendons jamais parler. Mais il ne s’agit pas de mettre en avant des choses étonnantes, il s’agit d’équilibrer la couverture médiatique. La réalité, c’est qu’il y a de la pauvreté, des infrastructures de santé médiocres, des problèmes, mais contrairement à l’image que l’on donne des Africains qui n’attendent que l’aide, nous trouvons des solutions à nos propres problèmes, mais les gens en entendent rarement parler. C’est là toute la beauté du journalisme de solutions : cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de problèmes, mais il va plus loin en mettant en lumière les solutions et en informant le lecteur de ceux qui tentent de résoudre le problème. Cela ressemble au journalisme d’investigation, mais vous enquêtez sur les solutions.

Pensez-vous que nous verrons davantage de plateformes médiatiques telles qu’Egab et d’autres qui remettent en question les stéréotypes sur la région MENA et l’Afrique ?

Il est certain que les discussions sur la diversité et l’inclusion ont lieu depuis un certain temps, mais malheureusement pour les groupes de médias internationaux, ces concepts de diversité et d’inclusion ont été appliqués aux frontières de leurs villes. Par exemple, lorsqu’une publication médiatique internationale parle de la diversité des médias, c’est principalement dans le contexte de leurs salles de rédaction qui devraient être le reflet de leurs communautés, ces groupes sont des marques mondiales et devraient refléter cela. Si ces groupes de médias ne couvraient que des histoires locales, ils n’auraient pas de public mondial. Dès lors que vous êtes un média mondial, vous avez une responsabilité envers le monde entier et pas seulement envers votre pays d’origine. La bonne nouvelle, c’est que de plus en plus de gens parlent et font entendre leur voix, et plus nous sommes nombreux à le faire, plus les autres nous rejoignent. Si quelqu’un commence quelque chose, les gens le suivent. Il y a de plus en plus d’initiatives et de publications qui ont une voix forte, j’espère que nous pourrons collaborer ensemble, car cela rendra ce mouvement plus fort, ce qui obligera l’industrie des médias dans son ensemble à prendre au sérieux les discussions sur la diversité et l’inclusion. Les salles de presse doivent être représentatives des communautés qu’elles servent et c’est ce qui fait défaut. Si vous êtes au service d’un public international, vos rédactions doivent représenter les communautés internationales.

Vous donnez des conférences sur la diversité et l’inclusion, mais pensez-vous qu’il est possible pour ces médias internationaux de parvenir à la diversité et à l’inclusion dans leurs salles de rédaction et dans la façon dont ils font leurs reportages ?

Je pense que ces deux aspects sont liés, car la façon dont on rend compte dépend de la personne qui rend compte. Pour avoir une approche nuancée, nous avons besoin que la population locale nous dise ce qui se passe réellement. Par exemple, si un étranger veut faire un reportage sur l’Égypte, c’est bien, mais il doit vivre en Égypte et apprendre la langue. Le problème, c’est le reportage parachuté, lorsqu’un journaliste qui ne comprend pas l’arabe, qui n’a jamais vécu en Égypte, vient pour quelques semaines et fait un reportage comme s’il était un expert. Ce n’est pas acceptable. Pour changer cela, il faut changer les personnes présentes. Je ne peux pas vraiment dire si ces organisations vont changer, je pense que cela dépend de la pression. Ces organisations fonctionnent selon certaines structures et certaines personnes bénéficient de ces structures, alors pourquoi changer ? Il faut qu’il y ait une pression pour que cela change. Ces organisations doivent faire plus et en faisant plus, elles améliorent la qualité de leur journalisme.

Reviendriez-vous un jour dans le journalisme ? Ou vous concentrez-vous entièrement sur l’entrepreneuriat dans les médias ?

Je me considère comme journaliste et je le serai toujours. J’écris toujours, mais je n’ai pas le temps. Mais au fond, je suis journaliste. Je suis journaliste avec un esprit d’entrepreneur.

Vous voulez être au courant des dernières nouvelles en matière de journalisme et d’innovation médiatique sur le continent africain ? Abonnez-vous à notre bulletin d’information.

ARTICLES LIÉS

  • Changer la culture d’une salle de presse

    « Business Day Nigeria est sans doute la rédaction la plus jeune du pays, avec une moyenne d’âge de 27 ans », déclare Frank Aigbogun, PDG et éditeur de la publication

  • Comment Health for Mzansi simplifie l’information sur la santé

    Health for Mzansi est la source d’information privilégiée des jeunes Sud-Africains, une publication qui couvre divers sujets allant des habitudes alimentaires à la santé mentale

  • Comment Quote this woman+ contribue à équilibrer la question du genre

    Quote This Woman+, une ancienne participante au programme d’accélération de Jamlab, vise à créer une base de données d’expertes crédibles et de voix sous-représentées à laquelle les rédactions peuvent facilement accéder

  • Micah Reddy : Les tribulations du journalisme d’investigation

    Nous nous sommes entretenus avec Micah Reddy, journaliste d’investigation pour amaBhungane, qui nous a parlé de son travail au Moyen-Orient et des risques associés au journalisme d’investigation

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE
BULLETIN D’INFORMATION DÈS AUJOURD’HUI !

Tout ce que vous devez savoir sur le journalisme et l’innovation dans les médias en Afrique, tous les quinze jours dans votre boîte électronique.