Auteur : Benon Herbert Oluka

Lorsque la propagation de la Covid-19 a contraint les autorités du monde entier à imposer des restrictions de mouvement au début de l’année 2020, il était difficile de prévoir quand la normalité reviendrait un jour ou si l’on reviendrait un jour aux modes de vie prépandémique.

Au sein de la communauté journalistique, des individus et des groupes qui avaient l’habitude de travailler à proximité les uns des autres ou de se rencontrer régulièrement en personne ont cherché des moyens de reproduire temporairement ces rencontres à distance. L’un des domaines où ces tentatives ont connu un succès considérable est celui de l’enseignement du journalisme.

Dans la province zimbabwéenne des Midlands, par exemple, située à quelque 220 kilomètres de la capitale Harare, les journalistes qui avaient créé le Kwekwe Press Club « pour promouvoir les intérêts journalistiques des auteurs du district de Kwekwe » ont décidé qu’un confinement imposé par le coronavirus ne devait pas signifier la fin de leurs efforts de renforcement des capacités.

Selon William Milasi, secrétaire général du Kwekwe Press Club, bien qu’ils avaient déjà exploité le pouvoir de WhatsApp avant la pandémie pour des échanges réguliers, les restrictions de mouvement les ont obligés à diversifier leur utilisation de la plateforme.

« Nous avions déjà exploité les réseaux sociaux avant la pandémie. Ainsi, lorsque la Covid-19 a frappé, nous avons pleinement utilisé WhatsApp pour accueillir nos invités. Nous avons utilisé WhatsApp comme une plateforme où les journalistes de Kwekwe interagissent non seulement avec d’autres professionnels des médias, mais aussi avec nos sources d’information ».

Milasi explique que les 40 membres de leur groupe WhatsApp accueillent des invités deux fois par semaine pour discuter de sujets allant du journalisme à la gouvernance locale, en passant par les droits de l’homme, la corruption, la politique, la santé, le genre, l’environnement et le changement climatique.

« Les plateformes WhatsApp ont fait tomber les barrières en termes de géographie. Un journaliste peut participer aux interactions où qu’il se trouve. Il peut contribuer où qu’il soit, sans avoir besoin de se rendre dans un lieu de rencontre physique », explique-t-il.

Des interactions en ligne similaires entre journalistes ont lieu ailleurs sur le continent, de l’Afrique du Sud à l’Ouganda en passant par le Ghana. Elles ont lieu sur des plateformes dont l’utilisation est gratuite. Tout ce dont les journalistes ont besoin, ce sont des données.

Pour Job Apuuli, qui dirige depuis l’Ouganda l’Online Media Fellowship, par le biais duquel son équipe invite des journalistes et des universitaires chevronnés à proposer des formations et un mentorat, le coût minime de la gestion d’un groupe WhatsApp est un élément clé de son attrait.

« Organiser une réunion ou un atelier pour les journalistes en Ouganda est une idée assez coûteuse malgré un besoin de formation de ces journalistes », dit-il. « Utiliser une plateforme de réseaux sociaux pour partager des connaissances et des expériences ne serait pas une mauvaise [alternative]. Je pense que c’est un avantage majeur. »

L’Online Media Fellowship compte 109 membres dans son groupe WhatsApp, principalement originaires d’Ouganda, du Kenya et du Rwanda. Il s’agit principalement de journalistes en début ou en milieu de carrière désireux de partager des opportunités de subventions, de nouveaux outils et d’interagir virtuellement avec leurs homologues plus expérimentés en Afrique de l’Est.

Vous voulez être au courant des dernières nouvelles en matière de journalisme et d’innovation médiatique sur le continent africain ? Abonnez-vous à notre bulletin d’information.

Twitter Spaces est une autre plateforme qui a fourni aux journalistes un moyen de se réunir virtuellement. Par exemple, le 6 avril, l’African Institute for Investigative Journalism (AIIJ) a organisé une discussion sur Twitter Spaces sur ce que les journalistes doivent savoir lorsqu’ils enquêtent sur la manière dont les gouvernements ont dépensé les fonds alloués pour vaincre la pandémie de COVID-19.

De même, l’Association de la presse étrangère en Afrique, basée au Kenya, a organisé une série de discussions sur Twitter Spaces, dont celle du 8 avril sur les raisons pour lesquelles l’Afrique a des restrictions de visa si strictes qu’elles limitent les voyages des Africains sur leur propre continent.

En Afrique de l’Ouest, une communauté journalistique en ligne dynamique de 211 membres s’est développée autour d’un groupe WhatsApp initié par la journaliste nigériane Adeola Yusuf, qui est la chef d’équipe de Platforms Africa. Le groupe WhatsApp, qui porte également le nom de Platforms Africa, a été créé pour rassembler des Africains de divers horizons dans le but de stimuler les discussions sur diverses questions, de publier des articles provenant de différentes sources et de vérifier les faits relatifs à des articles ou des sujets controversés. 

« Le samedi, nous avons ce que l’on appelle un e-discours et nous faisons appel à des personnes-ressources pour animer des discussions et informer les membres sur certaines questions », explique Francis Kokutse, un journaliste ghanéen qui anime les discussions hebdomadaires. « La plateforme a fourni des sources d’experts sur lesquelles les journalistes peuvent s’appuyer. J’ai [personnellement] utilisé des [informations des] experts médicaux pour des articles que j’ai réalisés. »

Toutefois, malgré leur rentabilité, les plateformes présentent encore quelques difficultés qui empêchent les journalistes d’en tirer pleinement parti. « Les défis liés au réseau entravent les interactions », explique Milasi. « Un autre problème est celui des données internet prohibitives qui rendent difficile la pleine participation de certains. »

Toutefois, étant donné que les avantages des plateformes l’ont emporté sur les inconvénients, il ne sera pas surprenant de voir davantage de groupes se développer et des utilisations plus diverses des plateformes émerger. En fait, selon Kokutse, les plateformes en ligne pourraient même les amener à boucler la boucle et à exploiter les contacts de leurs communautés en ligne pour organiser à nouveau des rassemblements en personne.

« Nous avons eu des discussions en privé et nous avons un jour pensé à organiser une conférence pour débattre des questions africaines », a-t-il déclaré. « Mais, en raison de la COVID-19, nous n’avons pas pu aller au-delà de la simple discussion de ces projets. Maintenant que la pandémie s’atténue, nous espérons pouvoir réexaminer nos plans. »

Reportage soutenu par une micro-subvention de Jamlab.

ARTICLES LIÉS

  • Comment un compte Facebook est devenu une salle de presse

    Rassd est un réseau d’information égyptien qui a été lancé à l’origine sur Facebook en 2010 pour transmettre des nouvelles et des informations sur la révolution égyptienne, mais qui est rapidement devenu un réseau de médias alternatifs

  • Derrière l’essor du journalisme de données en Afrique

    En Afrique, les fondateurs de start-up spécialisées dans le journalisme de données sont de plus en plus nombreux à bénéficier d’une nouvelle appréciation des chiffres dans les reportages, et au-delà

  • Le journalisme en Somalie, une question de vie ou de mort

    La Somalie est l’un des pays les plus dangereux au monde pour les journalistes, selon les journalistes qui couvrent et travaillent dans le pays

  • Comment Africa Data Hub fait la promotion du journalisme de données en Afrique

    Africa Data Hub cherche à soutenir et à promouvoir un journalisme de qualité basé sur des données et, par conséquent, à faciliter la prise de décisions fondées sur des preuves dans le cadre de la pandémie sur le continent

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE
BULLETIN D’INFORMATION DÈS AUJOURD’HUI !

Tout ce que vous devez savoir sur le journalisme et l’innovation dans les médias en Afrique, tous les quinze jours dans votre boîte électronique.