Auteur : Emily O’Sullivan

Il n’a jamais été facile de trouver un emploi de journaliste d’investigation, mais les temps sont particulièrement durs en ce moment. Dans l’ensemble du secteur, les emplois sont supprimés et l’époque des publications riches en publicité avec un personnel abondant dans les salles de rédaction est révolue. Néanmoins, il existe peu de carrières plus gratifiantes ou plus nécessaires que cette forme de journalisme.

Du scandale du Watergate dans les années 1970 aux « Pandora Papers » qui ont fait les gros titres cette année, les journalistes d’investigation sont depuis longtemps à l’avant-garde de la dénonciation de la corruption et des actes répréhensibles. Ils sont un élément essentiel de toute démocratie, et encore plus important dans les régimes autocratiques et répressifs. Et malgré tous les défis, il y a beaucoup de jeunes gens désireux d’entrer dans la profession. En effet, lors de la récente Conférence mondiale sur le journalisme d’investigation, 44 % des participants avaient moins de 35 ans.

Mais comment entrer dans le secteur ? Faut-il toujours emprunter la voie universitaire ou peut-on réussir en tant que journaliste autodidacte ? Et quels sont les défis à relever pour se lancer dans une carrière de journaliste d’investigation alors que les reporters du monde entier sont confrontés à l’intimidation et à la censure, aux arrestations et à la détention, au harcèlement et à l’intimidation, ainsi qu’à des procès-bâillons coûteux et interminables ?

La vérité est qu’il n’y a pas qu’une seule façon « correcte » de se faire une place en tant que jeune journaliste d’investigation. Si certains commencent par faire un stage dans un journal local, d’autres se lancent comme reporters indépendants dans des publications de leur région. Certains font une école de journalisme, d’autres sont formés dans des domaines tels que le droit ou l’informatique. Certains suivent une formation de journaliste dans d’autres domaines avant de se tourner vers le journalisme d’investigation.

Le réseau mondial de journalisme d’investigation (Global Investigative Journalism Network) s’est entretenu avec six reporters du monde entier pour leur demander comment ils ont réussi à percer dans la profession et quels conseils ils donneraient à ceux qui débutent. Bien qu’il n’y ait pas eu de tranche d’âge officielle, la plupart d’entre eux ont environ 30 ans et ont moins de dix ans d’expérience. Voici les conseils qu’ils ont partagés.

Mahima Jain, Inde

Jain est une journaliste indépendante qui réalise des reportages sur l’environnement, le genre, la santé et les questions socio-économiques. Son travail se concentre sur la vie des personnes marginalisées et sur les problèmes systémiques en Inde. Elle a été finaliste du prix du jeune journaliste de la Fondation Thomson en 2021 et a publié des articles dans plusieurs médias indiens et internationaux, dont le Guardian, Der Spiegel, The Fuller Project et Mongabay. Elle était auparavant rédactrice au Hindu Group, à l’Indian Institute of Human Settlements en Inde et au South Asia Centre de la London School of Economics au Royaume-Uni.

Comment avez-vous débuté dans le journalisme d’investigation ?

Mon intérêt pour les enquêtes a commencé par un questionnement sur les inégalités systémiques souvent cachées à la vue de tous autour de moi. Ainsi, au lieu des reportages sur les scandales à grand spectacle, des malversations des entreprises et de la corruption, qui sont certainement importants et nécessaires, j’ai été attirée par la recherche des raisons pour lesquelles une forme particulière d’inégalité est acceptée, comment la société, les gouvernements et les institutions publiques y contribuent et la tolèrent, et la place que ce problème occupe dans les systèmes plus larges qui nous entourent.

Par exemple, le fait que l’Inde considère la violence sexiste comme une question de justice pénale a façonné la perception publique de la violence à l’égard des femmes comme une question de crime et de punition. Des lois plus strictes et des peines plus sévères : telle est la réaction instinctive des gens et des politiciens. Lors de mes reportages sur ce sujet, j’ai constaté que cela avait entravé l’accès des femmes aux soins de santé et mis de côté le rôle des systèmes de santé publique dans la lutte contre ce problème.

Quel est votre conseil aux jeunes journalistes d’investigation qui souhaitent entrer dans la profession ?

Je pense que les bons reportages nécessitent un dialogue approfondi, une remise en question et une déconstruction de l’évidence, et beaucoup de questions. Le plus souvent, parler à ceux qui sont ignorés par le courant dominant est le meilleur moyen de trouver une histoire inédite d’injustice et d’inégalité. Je suis convaincu que les gens ordinaires ont des histoires extraordinaires, mais nous devons savoir comment rendre compte avec sensibilité et empathie, sans sensationnalisme.

Vous voulez rester au courant des dernières nouvelles en matière de journalisme et d’innovation médiatique sur le continent africain ? Abonnez-vous à notre bulletin d’information.

Manisha Ganguly, Royaume-Uni

Ganguly est une journaliste d’investigation et documentariste qui utilise des sources ouvertes et des techniques traditionnelles de reportage d’investigation pour dénoncer les violations des droits de l’homme dans les conflits et les guerres. Ses enquêtes pour la BBC ont été nominées et ont remporté de nombreux prix internationaux, dont un prix Amnesty Media. Elle prépare actuellement un doctorat à l’université de Westminster, où elle étudie l’impact des outils automatisés et d’intelligence artificielle (IA) sur le journalisme d’investigation.

Comment avez-vous débuté dans le journalisme d’investigation ?

J’ai eu ma première chance grâce à la brillante Claire Newell, rédactrice en chef des enquêtes au Telegraph (Royaume-Uni), qui a repéré certains de mes travaux publiés en freelance et m’a offert un stage, puis cela m’a permis d’obtenir mon premier contrat de journaliste d’investigation. Avant cela, j’avais surtout produit et réalisé des enquêtes par moi-même pour diverses petites publications ou sur mon blog, car je ne voulais pas renoncer à mon rêve de devenir journaliste d’investigation simplement à cause de la barrière d’entrée dans la profession et des défis auxquels sont confrontées les femmes immigrées comme moi.

Quel est votre conseil aux jeunes journalistes d’investigation qui souhaitent entrer dans la profession ?

Le rejet fait partie intégrante du travail et il est très important de savoir comment transformer un « non » en « oui », qu’il s’agisse d’une source que vous souhaitez rendre publique ou d’une demande pour votre documentaire. La persistance est la clé pour faire face au rejet, alors n’abandonnez pas ! Ne lâchez pas et faites preuve de créativité. L’imagination est un élément sous-estimé, mais indispensable du journalisme d’investigation.

Karina Shedrofsky, Bosnie-Herzégovine

Mme Shedrofsky dirige une équipe de chercheurs dans huit pays, aidant les journalistes de l’Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP, projet de rapport sur le crime organisé et la corruption) à retrouver des personnes, des entreprises et des biens dans le monde entier. Elle a contribué à la recherche de plusieurs projets de l’OCCRP, notamment les Paradise Papers et le projet Daphne, qui a permis de découvrir les propriétés secrètes de la famille régnante d’Azerbaïdjan. Avant de rejoindre l’OCCRP, Mme Shedrofsky a travaillé pour USA Today, où elle a couvert la santé et l’élection présidentielle de 2016 aux États-Unis.

Comment avez-vous débuté dans le journalisme d’investigation ?

J’étais sur le point de commencer un travail dans une agence d’information juridique à New York, mais juste avant de commencer, j’ai entendu parler d’une opportunité de stage dans le domaine de l’information à l’OCCRP à Sarajevo et j’ai décidé de sauter le pas. Le stage en lui-même n’était pas une enquête, mais il m’a permis de côtoyer certains des meilleurs journalistes d’investigation du monde. J’ai apporté mon aide dans la mesure du possible, et le stage m’a finalement permis d’obtenir un poste au sein de l’équipe de recherche, qui gère OCCRP ID, un service d’aide à la recherche pour les journalistes d’investigation. Dans ce rôle, j’ai pu apprendre les bases de la recherche d’investigation et, plus important encore, collaborer avec les journalistes des plus de 50 centres membres de l’OCCRP.

Quel est votre conseil aux jeunes journalistes d’investigation qui souhaitent entrer dans la profession ?

Du point de vue de la recherche d’investigation, je dirais que vous devriez vous familiariser avec les informations publiques qui existent dans votre région du monde, et trouver comment mettre la main sur toutes ces informations. Le travail que nous effectuons au sein de l’OCCRP dépasse les frontières et nous collaborons constamment avec des journalistes du monde entier qui possèdent la langue et l’expertise régionale nécessaires pour obtenir des informations auprès des institutions locales. La recherche d’investigation n’est qu’une pièce du puzzle, mais je dirais qu’elle est très importante.

Martín Leandro Amaya Camacho, Pérou

Amaya Camacho est l’un des fondateurs de Nube Roja (qui se traduit par Nuage rouge), un magazine numérique, et lauréat du prix du meilleur jeune journaliste de la fondation Thomson en 2020. Il a également fondé et édité le magazine culturel Malos Hábitos. Il travaille actuellement sur des reportages sur la corruption, notamment sur les élections, l’industrie d’exportation agricole et les questions environnementales au Pérou.

Comment avez-vous débuté dans le journalisme d’investigation ?

J’ai toujours considéré le journalisme comme un service au peuple. J’ai bon espoir que la presse pourra changer certains aspects négatifs de notre société, par exemple la corruption, qui est un mal terrible qui sévit en Amérique latine. C’est en partant de ce principe que j’ai décidé de quitter le plus grand journal de ma ville, Piura, et de devenir reporter indépendant pour couvrir des sujets que les grands médias n’ont pas l’habitude d’explorer. Pour le faire sans restriction, j’ai lancé le magazine Nube Roja.

Nous disposons d’une vaste équipe de jeunes journalistes, et le projet a déjà reçu trois prix importants. Au Pérou, les unités d’investigation des journaux dominants ont disparu ou ont perdu l’importance qu’elles avaient auparavant, c’est pourquoi, en tant que médias indépendants, nous essayons de combler ce vide. Nous voulons mener des projets d’investigation qui ne sont pas grand public et qui peuvent mettre mal à l’aise les personnes au pouvoir. Le journalisme d’investigation est la recherche de la vérité, et rapproche le système, et notre démocratie, du peuple.

Quel est votre conseil aux jeunes journalistes d’investigation qui souhaitent entrer dans la profession ?

N’acceptez jamais la version officielle des choses, car il y a toujours plusieurs explications derrière tout sujet. Il est important de comprendre que le journalisme de qualité ne consiste pas seulement à faire des reportages, mais aussi à interpréter des données et à donner un visage humain aux chiffres que nous utilisons, car ce sont les gens qui sont touchés par les événements que nous couvrons. Les journalistes doivent être capables d’adopter des points de vue différents, de laisser leurs préjugés derrière eux et de connaître de nombreuses questions et disciplines, même les statistiques et les mathématiques, pour pouvoir fournir des informations fiables et véridiques aux lecteurs.

Andiswa Matikinca, Afrique du Sud

Matikinca est une journaliste primée qui s’intéresse au reportage environnemental et au journalisme de données. Elle est membre de Code for Africa WanaData et gère actuellement la plateforme de journalisme environnemental d’investigation Oxpeckers #MineAlert. Elle a réalisé plusieurs enquêtes basées sur des données sourcées et conservées par la plateforme, dont l’une lui a valu le prix régional de jeune journaliste Vodacom pour la région du KwaZulu-Natal en 2019.

Comment avez-vous débuté dans le journalisme d’investigation ?

J’ai eu ma grande chance dans le journalisme d’investigation avec Oxpeckers en 2018, peu après avoir obtenu mon diplôme. Ils recherchaient un stagiaire pour rejoindre #MineAlert, une plateforme de géo-journalisme qui aide ses utilisateurs à suivre et partager les licences minières, ainsi que les licences d’utilisation de l’eau liées à l’exploitation minière demandées et accordées en Afrique du Sud. Les données collectées pour la carte #MineAlert sont également utilisées dans de nombreuses enquêtes. Je suis devenue chef de projet de la plateforme la même année.

Quel est votre conseil aux jeunes journalistes d’investigation qui souhaitent entrer dans la profession ?

Je dirais que tout jeune journaliste d’investigation doit être proactif dans l’approche de son travail et de sa carrière en général. C’est une très bonne qualité à avoir, car elle vous permet d’être capable de faire face à presque tout ce qui se présente à vous dans cette profession. Vous serez déçu par des sources, vous serez confronté à des obstacles dans le cadre de votre travail sur des sujets importants, mais si vous êtes proactif, vous serez en meilleure position pour les gérer et continuer à donner le meilleur de vous-même dans votre travail.

Banjo Damilola, Nigeria

Damilola est une journaliste d’investigation qui réalise des reportages sur l’éducation, la santé et la justice sociale. Elle a fait partie des jeunes journalistes de Transparency International en 2018. Elle a enquêté sur les meurtres et les enlèvements perpétrés par des bandits dans l’État de Zamfara, ce qui a donné lieu à une manifestation nationale exigeant une amélioration de la sécurité dans la région. Elle a également enquêté sur la corruption dans le système judiciaire, et a documenté les malversations au sein de la police, des tribunaux et de l’administration pénitentiaire. Son travail a été publié sur les principales plateformes d’information au Nigeria et à l’étranger, notamment par la BBC, et elle a travaillé avec le GIJN pour couvrir la Conférence mondiale sur le journalisme d’investigation de 2021.

Comment avez-vous débuté dans le journalisme d’investigation ?

J’ai eu la chance de commencer dans une organisation qui encourageait les enquêtes. Mon premier article d’investigation portait sur l’état de délabrement des écoles publiques dans l’une des provinces du sud-ouest du Nigeria. J’en avais vraiment assez des mensonges que le gouverneur racontait dans les médias. Il affirmait haut et fort à quel point il avait amélioré l’éducation publique, et je savais que je devais dire la vérité, pour montrer aux gens quelle était la situation réelle. Je me suis donc infiltrée pour montrer l’état réel des choses. Lorsque mon rapport a été publié, j’ai été ravie de la réaction qu’il a suscitée. Le gouvernement a relocalisé l’une des écoles. L’impact de cette première enquête a été le coup de pouce dont j’avais besoin.

Quels sont vos conseils aux jeunes journalistes d’investigation qui souhaitent entrer dans la profession ?

Il est facile de se perdre dans le cycle routinier des actualités. C’est pourquoi la gestion du temps est importante pour les jeunes journalistes qui cherchent à faire des enquêtes. En tant que nouveau venu dans la salle de presse, vous risquez d’être débordé par le reportage sur les conférences de presse et les divers événements. Trouvez un centre d’intérêt et utilisez votre temps libre pour faire des recherches. Consacrez deux heures par jour à votre travail d’investigation. Aussi intense que puisse être la salle de rédaction, il y a des moments où tout est calme, les jours où l’actualité est calme. Utilisez-les pour étoffer votre enquête.

Soyez résilient. Les rapports d’enquête sont difficiles. Il y aura des obstacles ; les sources se refroidiront, votre contact cessera soudainement de répondre à vos appels, le gouvernement ne répondra pas à vos demandes dans les délais, et un million d’autres choses vous frustreront. Lorsque vous êtes confronté à de tels défis, prenez du recul et parlez-en à votre rédacteur en chef ou à un journaliste d’investigation plus expérimenté. Les collègues et les rédacteurs en chef ont une grande expérience. Profitez-en.

Soyez courageux, mais pas stupide. J’ai un collègue chevronné dont la réponse au commentaire « aucun reportage ne vaut votre vie » est « la chance sourit aux courageux ». Ces deux maximes sont correctes, mais un grand journaliste d’investigation trouvera un équilibre. Les reportages d’investigation ont le potentiel de changer les choses, mais ils peuvent aussi mettre le journaliste en danger. Ne prenez pas de risques inconsidérés.

Obtenez les compétences nécessaires. Vous devez savoir faire tellement de choses. Il ne suffit pas d’être un bon rédacteur, il faut aussi savoir tourner et monter des vidéos, être capable de recueillir du son de qualité, savoir utiliser des outils numériques et avoir un esprit d’apprentissage.

Cet article a été publié par le Global Investigative Journalism Network.

ARTICLES LIÉS

  • Comment mettre en œuvre un modèle commercial axé sur le numérique

    Les maisons de presse et les publications utilisent la technologie et les modèles commerciaux émergents pour créer de nouvelles sources de revenus

  • Le métavers : les opportunités pour le journalisme

    Le métavers est une nouvelle ère de narration immersive et de communication interactive qui peut entraîner des conséquences importantes pour les professionnels du journalisme et des médias

  • Que faut-il pour être un journaliste multimédia ?

    Les journalistes doivent être polyvalents et travailler sur différentes plateformes afin de « survivre » dans le secteur

  • Changer la culture d’une salle de presse

    « Business Day Nigeria est sans doute la rédaction la plus jeune du pays, avec une moyenne d’âge de 27 ans », déclare Frank Aigbogun, PDG et éditeur de la publication

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE
BULLETIN D’INFORMATION DÈS AUJOURD’HUI !

Tout ce que vous devez savoir sur le journalisme et l’innovation dans les médias en Afrique, tous les quinze jours dans votre boîte électronique.