Une bonne proposition vous aidera à améliorer vos compétences de rédaction, de cadrage et de travail sur le terrain. Il arrive parfois que votre proposition ne réponde pas à certaines exigences, que vous manquiez de style ou que vous passiez complètement à côté de la cible. Cet article aidera les journalistes à se perfectionner, à s’améliorer et à éviter les erreurs courantes lors de la rédaction d’une proposition de reportage.

Au cours d’un webinaire organisé par le projet Africa China Reporting Project (ACRP) en Afrique du Sud, Paula Fray, directrice générale de Frayintermedia, a partagé des lignes directrices sur la rédaction d’une bonne proposition de reportage, plus particulièrement pour l’ACRP. Le projet offre des bourses de reportage depuis 2009. Nous partageons quelques conseils généraux tirés de ce webinaire pour que les journalistes puissent renforcer leurs compétences pour préparer des propositions de reportage solides.

Selon Fray, écrire une bonne proposition, c’est comme écrire un bon article.


Vous voulez connaitre les dernières nouvelles en matière de journalisme et d’innovation médiatique sur le continent africain ? Abonnez-vous à notre bulletin d’information.


 

Cibler son public

Dans ce cas, votre public est le donateur ou le financeur de la subvention pour laquelle vous soumettez une demande. « Assurez-vous de bien comprendre les exigences de votre donateur. Vous devez comprendre ce qu’il recherche, quel type de proposition il souhaite recevoir, et ne pas vous contenter de faire un copier-coller de ce que vous avez déjà fait », explique Fray. Écrivez toujours pour votre public.

 

Recherches

Comme lorsqu’un journaliste travaille sur une idée d’article ou sur l’angle d’un article, il est impératif que vous fassiez vos recherches. Lorsque vous rédigez une proposition, vous devez faire vos recherches sur l’idée que vous souhaitez inclure dans votre proposition. Vous ne pouvez pas dire « donnez-moi de l’argent pour faire de la recherche, car la personne qui vous finance veut vraiment avoir l’idée que l’histoire suggérée est réalisable », explique Fray. Vous devez vraiment réfléchir à votre idée.

 

Écriture logique

Votre proposition, comme une histoire, doit être rédigée de manière logique. Essayez d’inclure des titres et des sous-titres pour décomposer vos informations. Cela permet à la personne qui examine votre proposition de trouver plus facilement et rapidement ce qu’elle cherche. Votre proposition doit avoir un déroulement logique et doit inclure un énoncé du problème, définir ce que vous envisagez de faire et doit comprendre le budget. « Quand je dis que quelque chose doit être écrit de manière logique, il faut vraiment avoir une conclusion qui est étayée par l’histoire », explique Fray.

« La conclusion est étayée par le reste des informations de votre histoire et ainsi le budget est étayé par le reste de l’histoire. » Le budget ne doit pas introduire de nouvelles informations qui n’ont pas été mentionnées précédemment dans le corps de votre proposition.

 

Une présentation claire

Votre proposition doit être formatée de manière qu’elle soit facile à lire. La proposition doit être soumise dans le format requis par le bailleur de fonds ou le donateur. « La clarté est absolument essentielle », déclare Fray.

 

Respecter les délais

« Une bonne histoire qui respecte les délais », déclare Fray. Veillez à soumettre tous les documents requis/supports. « Ne pensez pas que vous serez pardonné si vous omettez de soumettre un document parce que vous avez une proposition extraordinaire », dit Fray. Le plus souvent, les propositions qui ne respectent pas la date limite et/ou qui ne sont pas accompagnées de tous les documents requis ne sont pas envoyées au panel pour examen. Si un bailleur de fonds reçoit des milliers de propositions, il commence à les passer au crible en vérifiant si vous avez soumis votre proposition dans les délais et si vous avez joint toutes les pièces justificatives.

ARTICLES LIÉS

  • Comment mettre en œuvre un modèle commercial axé sur le numérique

    Les maisons de presse et les publications utilisent la technologie et les modèles commerciaux émergents pour créer de nouvelles sources de revenus

  • Le métavers : les opportunités pour le journalisme

    Le métavers est une nouvelle ère de narration immersive et de communication interactive qui peut entraîner des conséquences importantes pour les professionnels du journalisme et des médias

  • Que faut-il pour être un journaliste multimédia ?

    Les journalistes doivent être polyvalents et travailler sur différentes plateformes afin de « survivre » dans le secteur

  • Changer la culture d’une salle de presse

    « Business Day Nigeria est sans doute la rédaction la plus jeune du pays, avec une moyenne d’âge de 27 ans », déclare Frank Aigbogun, PDG et éditeur de la publication

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE
BULLETIN D’INFORMATION DÈS AUJOURD’HUI !

Tout ce que vous devez savoir sur le journalisme et l’innovation dans les médias en Afrique, tous les quinze jours dans votre boîte électronique.